Actualités
Nouvelles du Monde

Interdire aux écolières afghanes de chanter en public est critiqué Nouvelles sur les droits des femmes


Le ministère de l’Éducation a déclaré que les étudiantes de plus de 12 ans ne seront pas autorisées à chanter lors des cérémonies, à moins qu’il ne s’agisse d’un événement exclusivement féminin.

Un groupe de défense des droits humains basé en Afghanistan a condamné la décision des autorités d’interdire écolière de chanter lors d’événements publics, disant qu’ils ne devraient pas «promouvoir la discrimination sexuelle».

Ministère afghan de l’éducation a déclaré dans une lettre, divulguée aux médias mercredi, que les étudiantes de plus de 12 ans ne seront plus autorisées à chanter pendant les cérémonies publiques à moins que l’événement en question ne soit complet. Il stipule également que les étudiantes ne seront pas enseignées par des professeurs de musique de sexe masculin.

«L’éducation, la liberté d’expression et l’accès aux compétences artistiques sont des droits fondamentaux de tous les enfants, quel que soit leur âge ou leur sexe. Les enfants, les filles et les garçons peuvent exercer leurs droits de manière égale et libre dans le cadre de la loi », a déclaré la Commission indépendante afghane des droits de l’homme (AIHRC) dans un communiqué. déclarer sur Twitter.

Najiba Arian, porte-parole du ministère de l’Éducation, a confirmé l’interdiction avec le média local TOLONews, a déclaré que la décision s’appliquait aux 34 provinces du pays.

Elle a ajouté que « la décision a été prise après que les familles se sont plaintes du fardeau des lycéens et des lycéens ».

Cependant, le ministère n’explique pas pourquoi l’interdiction s’applique uniquement aux filles ou pourquoi les événements exclusivement féminins sont exemptés.

La déclaration de l’AIHRC a ajouté que le ministère de l’Éducation devrait soutenir la liberté, l’égalité et la protection des enfants et « ne pas promouvoir la discrimination fondée sur le sexe ».

Les étudiants en Afghanistan chantent souvent lors de cérémonies ou lors d’événements officiels.

Ahmad Naser Sarmast, fondateur et directeur de l’Afghanistan National Music Institute a également condamné l’interdiction, affirmant que la décision constituait « une violation flagrante du droit et du droit nationaux et internationaux dans les domaines des droits de l’homme. Droits fondamentaux, droits des enfants, droits des femmes, droits de la musique et le droit à la liberté d’expression sont courants ».

«L’Afghanistan National Music Institute… appelle ouvertement les partisans et les membres de la communauté afghane et internationale à nous unir afin que les jeunes femmes et femmes afghanes, avec leur musique et leur voix, ne puissent plus jamais être réduites au silence», a-t-il déclaré jeudi dans un communiqué.

Sous le régime taliban de 1996 à 2001, ce groupe armé a interdit le chant, l’écoute de musique et la composition de poèmes ou de chansons.

Depuis que les Taliban ont été renversés lors d’une invasion de forces dirigées par les États-Unis, les femmes afghanes ont acquis certains droits qu’elles craignent d’être érodés alors que le gouvernement afghan tente de négocier un compromis. Paix pacifique avec le groupe armé, qui se bat contre le gouvernement et l’étranger forces depuis 20 ans.

L’année dernière, le ministère de l’Éducation a été confronté à une réaction brutale lorsqu’il a été décidé que les étudiants devaient prendre toutes leurs leçons pendant leurs trois premières années dans les mosquées pour aider à inculquer un «esprit islamique» à l’étudiant.

La décision a été annulée.





Source link

Laissez un commentaire