Actualités
Actualités Business

La France ouvre une enquête sur la confidentialité de son application audio Clubhouse


L’agence française de protection des données a ouvert une enquête officielle contre Clubhouse au motif que l’application audio à la mode de l’iPhone pourrait enfreindre les règles de sécurité en Europe.

Les autorités françaises ont déclaré avoir soumis une question à Alpha Exploration, la société mère de Clubhouse, pour évaluer si l’application était conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE.

Comme Clubhouse n’a pas de bureau européen dans un autre pays, le régulateur français a affirmé qu’il avait autorité sur l’affaire, mais a ajouté que les autorités « compétentes » de l’UE ont déjà coopéré sur cette question sans plus de détails.

« Les autorités européennes se contactent sur cette question, pour échanger des informations et garantir une application cohérente du règlement général sur la protection des données », a-t-il déclaré.

Le régulateur français a déclaré avoir reçu une plainte concernant l’application et ajouté qu’une pétition de 10000 signatures était en circulation, alléguant que Clubhouse pourrait violer la vie privée.

En février, l’Observatoire Internet de Stanford a publié un rapport sur protection des données sur Clubhousedans lequel les chercheurs affirment que l’identifiant d’un utilisateur est transmis en texte brut à un serveur d’une entreprise partenaire en Chine, auquel le gouvernement chinois peut accéder.

Depuis lors, l’application a déclaré qu’elle avait mis en œuvre des modifications pour ajouter un codage supplémentaire et bloquer les bogues. Clubhouse, qui n’a pas immédiatement répondu aux commentaires, avait précédemment déclaré qu’il était « profondément attaché à la protection des données et de la vie privée des utilisateurs ».

L’enquête intervient à un moment où les régulateurs bruxellois ont exprimé leur inquiétude grâce à la mise en œuvre RGPD près de trois ans après l’adoption de la loi.

Ils suivent également les appels d’un sommet à l’eurodéputé modification de la loi et le rendre adapté à l’ère numérique dans le contexte d’une pandémie et de plus en plus de personnes travaillant à distance et de plus en plus dépendantes de la technologie.



Source link

Laissez un commentaire