Actualités
Nouvelles du Monde

La police brise les manifestations anti-lock-out avant les élections néerlandaises | Nouvelles sur le coronavirus pandémique


La police a utilisé des tornades et des matraques pour disperser des manifestants anti-lock-out d’un champ à La Haye.

La police a utilisé des canons à eau et des matraques pour disperser une foule de plusieurs milliers de manifestants anti-lock-out rassemblés dans un champ au centre de la capitale La Hay un jour avant les élections néerlandaises.

La manifestation a été interrompue après que les manifestants aient ignoré les règles de sensibilisation et ignoré les avertissements de la police de se dissoudre. Les médias locaux ont déclaré que plusieurs arrestations avaient été effectuées au cours des affrontements. Aucune victime n’a été signalée.

Les Pays-Bas sont strictement sous embargo depuis fin janvier avec des rassemblements de plus de deux personnes interdits, des restaurants et des bars fermés et avec son premier couvre-feu nocturne depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les autorités néerlandaises ont arrêté dimanche les services de train à destination de La Haye, où le gouvernement est stationné, pour empêcher l’arrivée d’autres manifestants. Dans un premier temps, la police a demandé à tout le monde de rentrer chez elle et a annoncé par haut-parleur que l’événement était terminé et a averti qu’elle démantelerait la manifestation par la force si nécessaire.

La police parle à un manifestant blessé après les avoir combattus, lors d’un rassemblement contre les restrictions relatives aux coronavirus à La Haye [Piroschka Van De Wouw/Reuters]

Avant que les manifestations ne soient dissoutes, certaines personnes ont apporté une banderole artisanale avec les mots néerlandais «Amour et liberté: pas de tyrannie». De nombreux membres de la foule, rassemblés dans le champ central de Maliveld, ont tenu des parapluies jaunes pour manifester leur protestation et ont scandé « l’amour, la liberté, mettre fin à la dictature ».

Un manifestant a expédié un stock temporaire avec la photo de la tête du Premier ministre Mark Rutte collée au milieu et une pancarte disant: « Si vous aimez les Pays-Bas, votez pour eux. »

Le vote aux élections débutera lundi, avec un vote ouvert de trois jours pour aider à assurer la différenciation de la société dans les bureaux de vote. Le parti conservateur VVD de Rutte devrait recevoir une nouvelle mission de quatre ans.

La majorité des électeurs hésitent à soutenir la clôture, car le taux actuel d’infection à coronavirus néerlandais est le plus élevé d’Europe.

Mais le couvre-feu, prolongé jusqu’à fin mars, a pris plusieurs jours fermenter dans tout le pays lors de sa première application le 23 janvier.

Ces dernières semaines, de plus petites manifestations ont eu lieu à Amsterdam, la police anti-émeute ayant appelé à plusieurs reprises pour effrayer les manifestants qui refusaient de partir.

Un manifestant tient une pancarte lors d’un rassemblement contre les restrictions relatives aux coronavirus à La Haye [Piroschka Van De Wouw/Reuters]

Ils reflètent l’impatience croissante d’une petite partie de la société face à la fermeture qui a vu la fermeture d’entreprises, notamment des bars, des restaurants et des musées, depuis la mi-octobre.

Ce pays de 17 millions d’habitants a enregistré plus de 1,1 million d’infections au COVID-19 et plus de 16 000 décès au cours de la pandémie.





Source link

Laissez un commentaire