Actualités
Nouvelles du Monde

Les envoyés de l’UE acceptent les premières sanctions chinoises depuis trois décennies: Diplomates | Nouvelles chinoises


Les mesures interviennent lorsque le bloc accuse la Chine de «graves violations des droits de l’homme et abus» contre les Ouïghours de souche.

L’Union européenne a accepté de mettre sur liste noire les responsables chinois pour violations des droits de l’homme mercredi, les premières sanctions imposées à Pékin depuis l’embargo, ont déclaré les deux diplomates.

Les ambassadeurs de l’UE ont voté une interdiction de voyager et le gel des biens de quatre Chinois et d’une entité, qui ne recevront pas leur nom tant que les ministres des Affaires étrangères de l’UE n’auront pas officiellement approuvé cette date. Le 22 mars, dans le cadre d’une nouvelle et plus large sanction des droits de l’homme liste.

«Les mesures limitées contre les violations graves des droits de l’homme et les atteintes aux droits humains ont été adoptées», a déclaré un diplomate européen.

Des responsables chinois sont accusés de violations des droits de l’homme contre la minorité musulmane ouïghoure de Chine, ont déclaré des diplomates européens à l’agence de presse Reuters.

Ils ont déclaré que cette décision reflétait une profonde préoccupation concernant les Ouïghours en Europe, aux États-Unis et au Canada.

La dernière fois que l’UE a sanctionné la Chine, son deuxième partenaire commercial, en juin 1989, pour imposer un embargo sur les armes à Pékin est toujours en vigueur.

Les militants des droits de l’ONU et les experts affirment qu’au moins un million de musulmans sont détenus dans des camps dans la partie occidentale reculée du Xinjiang. Des militants occidentaux et certains politiciens accusent la Chine de recourir à la torture, au travail forcé et à la stérilisation.

Le parlement néerlandais a suivi le Canada et les États-Unis en qualifiant le traitement chinois du génocide des Ouïghours, ce que la Chine nie.

Sur Twitter, l’envoyé chinois auprès de l’UE a republié des commentaires sur les nouvelles sanctions introduites mardi par l’ambassadeur chinois auprès du bloc, Zhang Ming, affirmant que Pékin ne changerait pas sa politique.

« Les sanctions sont conflictuelles », a déclaré l’envoyé chinois sur Twitter. «Nous voulons un dialogue, pas une confrontation. Nous demandons à l’UE de bien réfléchir. Si certaines personnes insistent, nous ne reculerons pas, car nous n’avons d’autre choix que d’assumer nos responsabilités envers le peuple.

La Chine nie toute violation des droits humains au Xinjiang et affirme que ses camps offrent une formation professionnelle et sont nécessaires pour «lutter contre l’extrémisme».

La liste complète des 11 noms approuvés par les ambassadeurs de l’UE comprend des responsables de la Russie, de la Libye, du Soudan du Sud et de la Corée du Nord, ont indiqué des diplomates.





Source link

Laissez un commentaire