Actualités
Nouvelles du Monde

L’Inde connaît la pire augmentation d’un jour des cas de COVID depuis le 24 décembre | Nouvelles sur le coronavirus pandémique


Le département de la santé a signalé 23 285 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures alors que l’état du Maharashtra luttait contre la renaissance.

L’Inde a enregistré la pire augmentation d’une journée d’infections à coronavirus depuis fin décembre, lorsque l’État occidental du Maharashtra a combattu la résurgence.

Le ministère indien de la Santé a signalé vendredi 23 285 nouveaux cas d’infection au COVID-19 au cours des dernières 24 heures. Il s’agit du gain quotidien le plus élevé depuis le 24 décembre, selon les données gouvernementales.

À ce jour, l’Inde a signalé plus de 11,3 millions d’infections à coronavirus, le deuxième nombre le plus élevé au monde après les États-Unis, et 158000 décès.

Les cas ont diminué régulièrement depuis leur pic de fin septembre, mais les experts affirment que l’augmentation du rassemblement public et l’assouplissement des directives de santé publique mènent à la dernière vague.

Une augmentation du nombre de nouveaux cas est signalée dans six États, dont le Maharashtra, où les autorités ont annoncé le verrouillage de la ville densément peuplée de Nagpur.

Une session complète de lock-out d’une semaine aura lieu la semaine prochaine, ont indiqué des responsables. Cependant, les vaccinations se poursuivront dans la ville.

Dans le district de Thane, en bordure de Mumbai, 16 hotspots ont été annoncés au 31 mars et seuls les services essentiels restent opérationnels.

Des réglementations limitant l’ouverture des marchés, le déplacement et la fermeture d’écoles et de collèges, ainsi qu’un couvre-feu nocturne ont été annoncés dans cinq autres comtés du Maharashtra.

Le parti du Maharashtra, Uddhav Thackeray, a averti qu’à moins que tout le monde ne respecte les règles, davantage de restrictions telles que les serrures de porte à l’échelle de l’État seront inévitables.

Le responsable gouvernemental de la santé, Vinod Kumar Paul, lors d’une conférence de presse jeudi, a déclaré que la dernière augmentation, en particulier dans le Maharashtra, était préoccupante. Il a averti tout le monde de ne pas baisser la garde car « la pandémie n’est pas encore terminée ».

L’Inde a commencé la série de vaccinations en janvier et est entrée dans une deuxième phase, en vaccinant les agents de santé, les plus de 60 ans et les plus de 45 ans présentant un risque sanitaire important.

Mais le programme de vaccination de 300 millions de personnes d’ici août fonctionne en deçà de ses capacités. Plus de 26 millions de personnes ont été injectées, bien que 4,72 millions seulement aient reçu les deux doses.

Le rythme de la vaccination a fait craindre que l’Inde ne rate son objectif.

L’effort est lourd de défis logistiques dans un pays de près de 1,4 milliard d’habitants, mais cette dynamique devient encore plus pressante à mesure que les nouvelles infections recommencent à augmenter après des mois de déclin intermittent.





Source link

Laissez un commentaire