Actualités
Nouvelles du Monde

Sandstorm pousse la pollution à Pékin au maximum | Nouvelles de l’environnement


Les résidents ont exhorté à éviter les activités de plein air car les vents forts transportent la poussière du nord-ouest.

Pékin est recouverte d’une épaisse poussière brune qui fait monter en flèche les niveaux de pollution lundi matin, alors que des vents violents apportent du sable de Mongolie intérieure et d’autres régions du nord-ouest de la Chine.

L’Agence météorologique chinoise a publié lundi matin l’alarme jaune, affirmant que des tempêtes de sable s’étaient propagées de la Mongolie intérieure aux provinces de Gansu, Shanxi et Hebei, qui entouraient Pékin. Il conseille aux résidents d’éviter toutes les activités de plein air.

L’indice officiel de la qualité de l’air de Pékin a atteint un maximum de 500 lundi matin, les particules en suspension connues sous le nom de PM10 atteignant plus de 8100 microgrammes par mètre cube dans six zones de la ville, selon le Global Times. Les médias d’État ont rapporté que la visibilité était passée de 300 (984 pieds) à 800 mètres (2 624 pieds).

Les résultats de lecture des PM2,5, des particules plus petites pénétrant dans les poumons, ont également atteint près de 300 microgrammes / mètre cube, bien plus élevé que la norme chinoise de 35 microgrammes.

Pékin fait régulièrement face à des tempêtes de sable en mars et avril en raison de sa proximité avec le désert géant de Gobi ainsi que de la déforestation dans le nord de la Chine.

Pékin et ses environs ont connu des niveaux de pollution relativement élevés ces dernières semaines, et la ville a été enflammée lors de l’ouverture du parlement qui a débuté le 5 mars.

Tôt le matin à Pékin lundi lorsque la capitale est frappée par une tempête de sable [Thomas Peter/REUTERS]





Source link

Laissez un commentaire