Actualités
Nouvelles du Monde

Un incendie houthi provoquant un incendie au Yémen tuant des migrants à Sanaa: HRW Nouvelles du Yémen


Au moins 60 migrants, pour la plupart des Éthiopiens, sont morts dans l’incident du 7 mars dans un centre de détention à Sanaa.

Selon Human Rights Watch (HRW), « des balles non identifiées » tirées par les rebelles houthis du Yémen ont provoqué un incendie le 7 mars qui a tué des dizaines de personnes dans un centre de détention. Est un résident de Sanaa, selon Human Rights Watch (HRW).

«De nombreux migrants ont été brûlés vifs au Yémen le 7 mars 2021, après que les forces de sécurité houthies ont lancé des balles non identifiées dans un centre de détention pour immigrants à Sanaa, provoquant des incendies», a déclaré mardi HRW dans un communiqué.

Il a déclaré que les détenus – pour la plupart des migrants et des réfugiés éthiopiens – ont protesté contre la surcharge lorsque les gardes du camp ont rassemblé des centaines d’entre eux dans un hangar et ont tiré deux balles sur le tribunal.

«Les migrants ont déclaré que la première balle avait produit beaucoup de fumée et avait rendu leurs yeux larmoyants et piquants. La deuxième bombe, que les migrants ont qualifiée de «bombe», a considérablement explosé et provoqué un incendie, a déclaré HRW.

Il a ajouté que des centaines de prisonniers blessés sont soignés dans les hôpitaux de Sanaa, où « une forte présence de sécurité » a posé des problèmes aux agences humanitaires.

Les rebelles houthis, qui contrôlent une grande partie du nord du Yémen, y compris la capitale Sanaa, mènent une attaque militaire menée par l’Arabie saoudite depuis mars 2015.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui est intervenue pour soutenir un gouvernement internationalement reconnu a été renversée par le groupe aligné sur l’Iran. La guerre de six ans a dévasté le pays 29 millions de pauvres, dont 80% de la population dépend désormais de l’aide étrangère.

La semaine dernière, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a exhorté les rebelles à assurer un accès sans entrave aux personnes blessées.

Il a indiqué que plus de 170 personnes ont été blessées, plus de la moitié d’entre elles grièvement blessées et jusqu’à 60 personnes ont été tuées.

Dans une lettre adressée à HRW, le porte-parole des Houthis, Mohammed Abdulsalam, a déclaré que l’incident « ne devrait pas être politisé ou exploité ».

« Cet incident est le résultat normal d’incidents similaires dans le monde », a-t-il déclaré, selon le communiqué.

Il a appelé à la levée d’un blocus de longue date dirigé par l’Arabie saoudite sur l’aéroport contrôlé par les rebelles de Sanaa, afin que les migrants «puissent rentrer chez eux».

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et des millions déplacées en raison d’un conflit que les Nations Unies qualifient de pire crise humanitaire au monde.

Malgré plus de six ans de conflit, ce pays appauvri reste un pôle d’attraction pour les migrants de la Corne de l’Afrique à proximité à la recherche d’une vie meilleure dans les États arabes aisés du Golfe.





Source link

Laissez un commentaire